Fonctionnement

Ce que l’on échange...

On peut échanger n’importe quel bien ou service. Des statistiques montrent que les thèmes d’échange sont très variés : bricolage, cours, nourriture, maison, informatique ...

Les échanges peuvent être individuels ou collectifs (ex : cours). Il peuvent être purement utilitaires, ou être plus orientés "loisirs" (ex : partenaires pour jeux de cartes...). Bref, à chacun de voir... Les échanges effectués au sein du SEL ne sont pas "professionnels". Le niveau d’exigence n’est pas du tout le même. Cela permet à chacun de proposer des tas de compétences, même s’il ne les maîtrise pas à 100 %. Il suffit de prévenir la personne qui demande le service, elle restera libre d’accepter ou non l’échange. Si l’on ne trouve pas d’idée, on peut jeter un coup d’oeil sur le catalogue : il y a des tas de choses simples que l’on peut proposer... il suffit d’y penser.

La valeur des unités d’échanges

L’unité d’échange du SEL Croix-Rousse est appelée le caillou. Cette unité est avant tout basée sur le temps : elle correspond à une minute de travail. L’échelle des valeurs n’est donc pas la même que dans le système marchand. On s’efforce de ne plus raisonner en Euros, mais en minute de travail. Une heure de ménage aura ainsi la même valeur qu’une heure d’informatique. Toutes les compétences au sein du SEL sont mises sur un pied d’égalité.

Ce principe est bien sûr à adapter selon les circonstances :

Certains échanges ne mobilisent pas la personne qui offre à 100 % (ex : garde d’animaux, mise à disposition de matériel, etc). Dans ce cas il semble logique que le "taux horaire" soit sensiblement plus faible. Certains échanges nécessitent un temps de préparation. Le montant de l’échange devra tenir compte de ce temps supplémentaire.

Les objets seront eux aussi évalués en cailloux, c’est à dire troqués contre des minutes de travail... Bien entendu, il y a une part importante d’arbitraire lorsque l’on évalue un objet en cailloux.

Le montant d’un échange n’est pas fixé par l’association, il résulte d’un accord entre les deux personnes qui échangent. Pour éviter tout malentendu, les personnes pourront se mettre d’accord avant d’effectuer l’échange. On est toujours libre d’accepter ou refuser un échange.

Si un échange occasionne des frais (matière première, carburant), ceux-ci sont à la charge de la personne bénéficiant de l’échange. Par ailleurs, les transactions SEL sont en cailloux et non en argent. Les adhérents ne doivent pas proposer un service dans le catalogue et le faire payer en argent.

Les unités d’échanges permettent à chacun de savoir s’il a plus "donné" ou "reçu". Pour cela, chaque adhérent a un compte en caillou, qui part à 150. Ce compte est crédité chaque fois que l’on offre, et débité chaque fois que l’on reçoit. Il y a donc environ une moitié d’adhérents avec un compte cailloux négatif, et l’autre moitié avec un compte en cailloux positif (la somme de tous les comptes est nulle). Dans un SEL, il n’y a aucun inconvénient à être débiteur. Des comptes négatifs sont même indispensables dans notre fonctionnement.

L’association tient à jour les valeurs en cailloux de chacun. Après un échange, les deux adhérents remplissent un bon. Ce bon est en trois talons : un talon pour chacun des deux adhérents, et un talon qui sera donné aux personnes qui effectuent la saisie informatique.

Le montant du compte d’un adhérent est indiqué dans le catalogue, donc est connu de tous les autres adhérents. Ce principe de transparence permet d’éviter toute dérive et de favoriser la réciprocité. On peut éventuellement (quand on a le choix, et si on en a envie !..) privilégier des échanges qui diminuent les écarts entre les comptes.

Le SEL n’est pas un système de troc. Le troc est limité car il faut que les deux personnes aient au même moment des biens ou services de même valeur à s’échanger. C’est très contraignant.

Au contraire, dans le SEL, la réciprocité se fait non pas avec la personne qui nous a donné, mais avec tout le groupe. Si quelqu’un m’offre un service, je lui donne des cailloux en retour, il en fera ce qu’il veut. Je ne cherche pas à tout prix à lui offrir moi-même un service de même valeur, ce serait restreindre sa liberté de choix.

Le catalogue

Un catalogue recense toutes les informations. On y trouve :

Réunions "conseil d’animation du SEL"

Des réunions "conseil d’animation du SEL" sont organisées de temps en temps (les dates sont annoncées sur le site). Elles permettent de réfléchir collectivement sur le fonctionnement de l’association, de faire des propositions, de réfléchir à des projets en lien avec le SEL.

Bien entendu, la participation d’un maximum d’adhérents à ces réunions est souhaitable.

Les taches de gestion

La gestion du SEL de la Croix-rousse repose uniquement sur le bénévolat des adhérents (pas d’argent). Sa gestion ne demande pas un travail colossal, à condition que les tâches soient partagées par un maximum d’adhérents. Les principales taches sont :

Exemples :

Espace privé  | Site réalisé avec SPIP